Alain Roche : "Je ne veux pas vendre aux gens des choses qui sont fausses"

Alain Roche : "Je ne veux pas vendre aux gens des choses qui sont fausses"

Le - Interview GA - Par

Invité de Girondins Analyse (Twitch), Alain Roche est revenu sur la période actuelle des Girondins de Bordeaux et l'ambition du club. Le directeur sportif des Girondins s'est livré avec honnêteté et a rappelé ne pas vouloir mentir aux supporters :

"Je me trouve souviens très bien des ambitions de départ de King Street, et au-delà, de GACP qui voulait titiller le Paris Saint-Germain à une certaine époque. Je crois qu'il ne faut pas mentir aux gens. Ils voient la situation : elle n'est pas extraordinaire du point de vue financier, les ambitions sont bien sûr revenues à la baisse, cela fait 2 années que l'équipe termine 14e et 12e... L'évolution passe par une transition sportive et financière. Il n'y a pas de secret. Retrouver l'Europe, bien sûr qu'on en a envie. Cela prendra peut-être plus de temps que prévu. On a envie de replacer ce club dans le Top 8 d'ici la saison prochaine. En tout cas, on a des dirigeants et un actionnaire qui sont motivés. Il y aura peut-être, et c'est même sûr, une politique d'avantage axée sur les jeunes. Pourquoi : car les montants financiers sur les achats de joueurs sont devenus assez importants même si je pense que cela va un peu s'atténuer avec la crise sanitaire actuelle où l'on va revenir sur des bases un peu plus saines même si les grands clubs continueront à faire des gros transferts. Aujourd'hui, des clubs comme Lille, Nice et Rennes nous sont passés devant. Ce championnat est homogène. Les places pour se battre pour l'Europe ne sont pas simples à décrocher. Il faut être patient. Je sais que dans la tête des gens, Bordeaux est un club historique, ça c'est sûr, mais je veux essayer de leur faire comprendre que cela ne sera certainement pas dans l'immédiat. Après, on ne sait jamais, tout peut arriver mais je ne veux pas vendre des choses qui sont fausses."

Retranscription faite par nos soins

Alain Roche : "Je ne veux pas vendre aux gens des choses qui sont fausses"

Contenu sponsorisé

En continu