Cambot : "On sait d'où l'on vient"

Cambot : "On sait d'où l'on vient"

Le - Réactions - Par

A l'inverse de leurs homologues masculins, les filles des Girondins de Bordeaux ont, elles, battu Lorient après avoir été menées (3-1), à Blanquefort, lors de leur dernier match de championnat de D2 et réalisent un début de saison régulier. La radio du FCGB, GOLD, a ainsi consacré une émission spéciale pour cette "nouvelle" équipe girondine, faite à partir du travail de l'ES Blanquefort. Deux joueuses cadres de cette formation, Andréa Lardez et Sarah Cambot, capitaine, reviennent donc sur la bonne forme des Girondines.

Lardez
: "En première période, on avait la maitrise mais on a été surprises, on n’arrivait pas à trouver le décalage face à la défense de Lorient. Alors on a remis les choses au clair à la mi-temps et on est revenues avec un état d’esprit un peu différent et une envie toute autre. On a toutes de l’orgueil, on est rentrées dedans trop facilement avant de renverser la situation. Mon but ? Je n’ai pas l’habitude de jouer à ce poste de milieu mais je suis bien lancée, et devant le but, on doit tenter sa chance… J’ai un peu de réussite. A domicile, on a cette envie, ce challenge de rester invaincues le plus longtemps possible, et à l’extérieur on veut faire plus de résultats positifs. C’est un bon début de championnat, mais on peut faire encore mieux."

http://www.zupimages.net/up/15/42/6hx8.jpg

Cambot : "On voulait bien faire, mais on a été plus timides dans le jeu que d’habitude lors de la première période. Honnêtement, je ne pense pas qu’il y avait trop d'inquiétude, car on savait qu’on pouvait redresser la barre contre cette équipe de Lorient. Le changement tactique de la seconde période a été bénéfique, il fallait du monde devant, de la présence. (...) Porter le scapulaire des Girondins sur notre maillot, ça change les choses, oui, mais pas trop. On a quelque chose à prouver et à montrer vis-à-vis d’un club connu dans le monde entier. On se met un peu plus de pression, même inconsciemment. C’est une fierté pour nous. Les adversaires s’amusent à nous chambrer avec ça, comme quoi on aurait plus d’argent donc on devrait jouer mieux que ça, que c’est normal qu’on gagne contre elles parce qu’elles ont un plus petit budget… Mais bon, on laisse couler, on sait d’où l'on vient, on connait nos qualités, elles peuvent parler…"

Cambot : "On sait d'où l'on vient"

Contenu sponsorisé

En continu