Denilson : "Pour me convaincre, Jean-Louis Triaud m'a dit d'appeler Savio, et Savio m'a dit de foncer"

Denilson : "Pour me convaincre, Jean-Louis Triaud m'a dit d'appeler Savio, et Savio m'a dit de foncer"

Le - Anciens- Par

Retraité des terrains depuis quelques temps, Denilsona été le sujet d'un portait fait par Le Monde.


L'ancienne star du football mondial, qui a été champion du Monde 2002 avec le Brésil et même, un temps, joueur le plus cher de la planète sur le marché des transferts, a aussi joué aux Girondins de Bordeaux. Une saison, en 2005/06, recrue surprise de la fin d'été, après des années de galère en Espagne. Il avait alors réussi à se relancer un peu aux Girondins, mais n'était pas resté, ce qui reste son regret majeur.


http://auto.img.v4.skyrock.net/3146/17593146/pics/538288088.gif


"Toutes les grandes équipes d'Europe avaient fait une offre pour moi. Mon agent m'annonce que le Barça a proposé 12 millions de dollars et que Sao Paulo est d'accord. Mais à peine deux jours plus tard, le Betis Séville en offre 32 millions. Donc c'était évidemment impossible à refuser. Ce prix exorbitant pour l'époque est vite devenu un problème. Je devais tirer le corner et marquer le but moi-même. (...) Pour me convaincre de venir à Bordeaux, Jean-Louis Triaud m'a dit d'appeler Savio, qui avait été prêté aux Girondins par le Real Madrid. Je l'ai fait et Savio m'a dit de foncer. A Bordeaux, j'étais traité comme le champion du monde de 2002. C'est exactement ce dont j'avais besoin après ces derniers mois difficiles à Séville."


En continu