Des dossiers et banderoles dévoilés trop tardivement ?

Des dossiers et banderoles dévoilés trop tardivement ?

Le - La Rédac.- Par Julien

Au soutien du duo Gérard Lopez-Admar Lopes depuis la première minute girondine, les Ultramarines ont déployé une dizaine de banderoles et d'actions lors de la réception de Lorient (J37) pour manifester leur frustration et leur colère.

Salaire des joueurs, hygiène de vie et cleptomanie ont notamment été moqués, hués et affichés. Dans la foulée, les médias dévoilaient et confirmaient sur papier les faits. McDonalds, Futsal, "potion magique", origines du cluster Covid... tout ou presque était ainsi dévoilé entre la 37e et 38e journée.

Pourquoi pas avant ? À l'image du cluster de la Covid-19, certains éléments dataient de l'année dernière. Sur les réseaux sociaux, certains supporters accusent les médias d'avoir publié ces informations trop tard. Peut-être qu'avant, elles auraient mis un gros coup de pied dans la fourmilière, et posé un semblant de bases pour la fin de saison.

À contrario, peut-être que ces informations étaient gardées pour ne pas encore alourdir l'atmosphère autour d'un club qui se saborde de l'intérieur depuis plusieurs mois. L'objectif d'attendre le dénouement de l'opération maintien autour de Bordeaux-Lorient, les plumes ont pu se lâcher. Étrangement, lors de son ultime réception de la saison en Ligue 1, les Girondins auraient pu avoir besoin de leur public pour les pousser à mettre un but pendant que le contexte leur était favorable du côté de Saint-Étienne. Malgré cela, l'ambiance et l'atmosphère ont été alourdie, plombée, pour rendre ce match parfois irrespirable. Peut-on en vouloir à ceux qui ont réagi à chaud lors de cette rencontre ? Un bref coup d'oeil sur ces 10 dernières années à supporter les Girondins répondra en grande partie à la question.

Du côté des médias, un terrain peut-être pas si éloigné des informations transmises aux supporters, les questions restent ouvertes sur ce timing mais la constitution de dossiers prend également du temps avant d'être exposée au grand jour.

Enfin, quid du service de communication des Girondins dans un tel moment ? A-t-il dirigé en fond la diffusion de certaines informations contre quelques banderoles et articles pour noyer un peu plus le poisson ? Il ne s'agirait pas de s'aventurer en eaux profondes. En attendant, après avoir affronté les Merlus, les Girondins resteront à quai de la L1 à Brest ce samedi soir.

En continu