François Grenet : "Menées 0-3, beaucoup d’équipes auraient lâché !"

François Grenet : "Menées 0-3, beaucoup d’équipes auraient lâché !"

Le - Interview- Par

Au cours de l'émission 100% Girondins (France Bleu), François Grenet a donné son analyse de la défaite des Girondins avant la trêve contre le Paris Saint-Germain.

L'ancien latéral du FCGB souligne notamment les changements de mentalité entre les deux mi-temps qui se sont ressenties sur le terrain :

"À la mi-temps, bien que l’on était mené au score, je me suis demandé pourquoi on ne démarrait pas tous nos matchs avec cet état d’esprit. Pourquoi attendre que ça soit contre Paris, pour être conquérant, pour aller agresser l’adversaire, pour l’empêcher de jouer, de développer son jeu. Après, au PSG, il y a tellement de talent, d’aisance offensive, qu’on sait qu’une demi-occasion peut finir au fond. J’étais très convaincu par la première demi-heure de Bordeaux. Tout le monde pensait qu’on allait aligner trois ou cinq défenseurs derrière, finalement c’était un 4-4-2 classique dans lequel Timothée Pembélé a joué plus haut. Il y avait une volonté d’aller chercher les Parisiens. Ils l’ont plutôt bien fait. Le PSG a parfois eu du mal à ressortir le ballon, ils n’ont pas été très souverains, sans pour autant s’affoler car ils ont de l’expérience dans ce domaine. Là où on a été moins bien, c’est la partie où le PSG est très fort. Le peu de situations offensives avantageuses sur lesquelles on aurait pu faire quelques différences, on n’a pas été bon dans le dernier geste, le dernier choix, la prise d’initiative. C’est ce qu’on peut peut-être regretter. On a laissé pas mal de jus en première période avec ce pressing. La deuxième mi-temps était plus compliquée. Malgré tout, on aurait pu prendre une valise qui selon moi, n’aurait pas été méritée au vue de la physionomie du match. Menées 0-3, beaucoup d’équipes auraient fermé le robinet, d’autres auraient tout lâché. On a eu le mérite de se rebeller et d’aller marquer deux buts, même si le temps était un peu juste. Je n’aime pas trop cette expression, mais c’est une défaite encourageante."

Retranscription faite par nos soins

En continu