Haj Hassen : "J'aimerais prolonger"

Haj Hassen : "J'aimerais prolonger"

Le - Interview- Par

Venant de fêter ses 20 ans, quelques jours après sa première en pro, le jeune élément offensif, espoir tunisien de la réserve bordelaise, Hazem Haj Hassen a répondu aux questions du site des Girondins.Extraits :

"Pour le moment nous devons assurer le maintien en CFA. Nous avons quatre matches qui arrivent contre des concurrents directs et nous devons les gagner. Pour cela, nous devons encore plus travailler. C’est une fierté d’être entraîné par d’anciens grands joueurs, comme ils l’ont été. Tout le monde connaît Marius Trésor et Patrick Battiston. Et ils sont encore influents dans le monde du football. J’ai énormément progressé grâce à eux. Ils sont aussi très curieux car quand je suis parti jouer avec les espoirs tunisiens ils m’ont bien demandé quels étaient les exercices pratiqués là-bas. Je souhaite d’ailleurs les remercier pour tout.

(...) Lors de ma première en pro, j’ai bien géré mon stress, car je me suis aussi dit « c’est ta chance, il faut la saisir ». J’étais vraiment très heureux. Je pense avoir déjà un peu d’expérience car j’ai déjà joué la CAN et la Coupe du Monde en jeunes. Dans les stades il y avait parfois 20 000 supporters. Ces évènements m’ont aidé à gérer cette première. Aussi, beaucoup de joueurs du groupe pro étaient en CFA l’année dernière (Valentin Vada, Adam Ounas, Frédéric Guilbert et Enzo Crivelli par exemple), cela a donc facilité les choses. De plus, quand je suis arrivé à Bordeaux, les six premiers mois je me suis entraîné plusieurs fois avec les pros. J’en connaissais donc certains et ils m’ont très bien accueilli. Je les en remercie. Face à Nantes, c’était un honneur pour moi de jouer dans ce stade pour mon club. J’étais très motivé et très heureux. Le niveau de jeu est différent par rapport à la CFA. En pro le niveau technique est plus élevé et tout va plus vite. Il faut savoir jouer à une ou deux touches à chaque prise de balle.  Mais l’aspect physique est moins présent qu’en CFA. Maintenant je dois travailler pour être à nouveau sélectionné. Pour ma première j’ai fait une passe décisive et j’ai eu l’occasion de tuer le match. Les duels physiques, le niveau technique et les occasions que je me suis créés, ont fait que je me suis dit « je peux jouer en Ligue 1 ». (...) J’aimerais prolonger avec le club. Cela fait deux ans que je suis ici et je me sens vraiment bien. Maintenant, cela serait dur de changer de club et d’ambiance."

En continu