Hervé Mathoux : "En France, on passe trop notre temps à compter les billets"

Hervé Mathoux : "En France, on passe trop notre temps à compter les billets"

Le - Interview GA - Par

Invité de Girondins Analyse (Twitch)Hervé Mathoux a donné son ressenti sur la mentalité présente dans certains clubs français avec des dirigeants et membres de staff qui 

"[...] Rennes a un actionnaire unique, local. Un peu un actionnaire à l'ancienne qui fait ça pour son trip personnel. On n'est pas du tout dans une configuration qui ressemblerait à celle des Girondins. Quand un investisseur arrive, tout le monde imagine que ça va être Bingo et que l'argent va couler à flot. Peut-être qu'il y a eu beaucoup de fantasmes suite à l'actionnaire précédent. Les annonces étaient un peu floues, la communication a été imprudente. Bien sûr que l'argent est important mais en France on passe trop notre temps à compter les billets, à dire qu'on ne peut rien faire. Il y a des clubs avec peu de moyens qui font mieux. Jean-Louis Gasset a dit la même chose ? C'est moi qui lui écris ces textes, c'est normal (rires). Plus sérieusement, on n'est pas à l'intérieur des clubs. À Saint-Étienne, quand il les a remontés, c'était au prix d'une politique salariale que les Verts ne faisaient pas. En tout cas, à l'instant T, je trouve que l'effectif des Girondins permet de jouer un rôle intéressant dans le Championnat de France. Il faut attendre. Les clubs sont tous dans la panade financièrement. Il y a des gens pour travailler sur le financier mais je trouve qu'en général, les responsables du sportif perdent beaucoup d'énergie à dire qu'ils n'ont pas ce qu'il faut alors qu'ils feraient mieux de valoriser leurs joueurs, de travailler avec la matière première qu'ils ont à l'image de l'Atalanta par exemple. Il y a un projet de jeu, une envie de développer du foot. Bien sûr que l'argent fait souvent la hiérarchie mais l'histoire du foot montre qu'il y a aussi moyen de bouleverser tout ça."

"J'enfonce une porte ouverte mais on a tous un peu dénoncé le discours qui prévaut sur les Coupes Européennes avec les clubs qui se qualifient et passent leur temps à se plaindre de jouer le jeudi puis mettent leur joueur sur le banc pour les préserver en vue du Championnat. Je me méfie de l'auto dénigrement dont les Français sont parfois capables mais je ressens ce manque d'ambition, passer son temps à se plaindre avec un calendrier trop chargé, jouez au foot, tout simplement."

Retranscription faite par nos soins

Hervé Mathoux : "En France, on passe trop notre temps à compter les billets"

Contenu sponsorisé

En continu