Hervé Mathoux : "Quand il y a une rupture à ce point, ce n'est jamais bon signe"

Hervé Mathoux : "Quand il y a une rupture à ce point, ce n'est jamais bon signe"

Le - Interview GA - Par

Invité de Girondins Analyse (Twitch)Hervé Mathoux a répondu au sujet de la situation de crise entre Frédéric Longuépée et les supporters des Girondins de Bordeaux :

"Difficile pour moi de répondre car je ne suis pas dans le club. Je constate qu'il y a une rupture entre les supporters et lui. J'imagine que c'est l'actionnaire qui choisit son homme. Dans une situation de crise, on peut trouver des blocages similaires. Quand il y a une rupture à ce point, ce n'est jamais bon signe et on se demande comment ça peut évoluer. La question aujourd'hui, c'est qu'un club est devenu une société privée et l'actionnaire met la direction générale qu'il entend. Vous n'allez peut-être pas être d'accord et j'entends ce qu'il y a de noble dans la défense des supporters bordelais et je suis en phase avec ça, un club ce n'est pas uniquement une société, c'est quelque chose qui fait partie au patrimoine culturel, qui appartient à la mémoire d'une ville, d'une communauté, c'est quelque chose dont il faut tenir compte quand on achète un club. Je trouve que les supporters ont raison de défendre cette idée-là mais je trouve que parfois ils sont dans une espère de logique jusqu'au-boutiste et à un moment donné, il faut que les choses avancent. L'arrivée d'Alain Roche par exemple et il ne réglera pas tout à coup de baguette magique c'est sûr mais c'est quelqu'un qui connaît la maison. Je pense qu'il y a des combats qu'il faut mener et d'autres sur lesquels il faut un peu lâcher et voir comment ça avance. Du moment que les supporters ont des interlocuteurs au club, c'est plus important, à la rigueur, le président, ce n'est pas lui gère ça."

Retranscription faite par nos soins

Hervé Mathoux : "Quand il y a une rupture à ce point, ce n'est jamais bon signe"

Contenu sponsorisé

En continu