Laurent Perpigna et Florian Brunet (UB 87) fiers d'avoir "prouvé l'inefficacité du tout-répressif"

Laurent Perpigna et Florian Brunet (UB 87) fiers d'avoir "prouvé l'inefficacité du tout-répressif"

Le - Ultramarines - Par

Très pessimiste vendredi, dans "Girondins Analyse", quant au déplacement à Nantes ; finalement autorisé, mais très encadré, après avoir été d'abord interdit ; Florian Brunet (Utramarines) a probablement été rassuré hier, comme tous les présents en parcage à la Beaujoire, car les choses se sont bien passées. Le plus gros incident aura finalement été côté... nantais, avec des fumigènes jetés sur la pelouse pendant le match.


Côté girondin, malgré un encadrement, effectivement, très strict (rendez-vous, très tôt avant le match, à une aire au sud de Nantes, puis escorte commune pour tous les bus de supporters), et une force présence de forces de l'ordre en tribunes visiteurs, aucun réel incident n'a été à déplorer*. Les 250 Bordelais se sont, encore, bien tenus, malgré quelques fumigènes et pots de fumée utilisés, et rien n'a dégénéré. De quoi rendre les UB 87 encore plus fiers et plus motivés à montrer leur valeur et à contribuer à ce que les autorités prennent conscience que la répression excessive et systématique n'était pas la solution pour régler la question des supporters.


FLORIAN BRUNET : "Nous avons prouvé que ces interdictions sont inefficaces. Elles empêchent des fêtes comme hier et ne résolvent en rien les vrais problèmes. Nous sommes un acteur incontournable du foot, la fête est tout autre sans notre présence. Nous méritons confiance, respect et considération. De Lyon à Bastia, et même à Nantes, on s’aperçoit qu'amalgames, absence de dialogue et tout-répressif n'empêchent en rien les incidents.


La fête aurait bien eu tort de se priver des supporters bordelais. Magnifique soirée, sur le terrain et dans les tribunes. Pensée à ceux n'ayant pu accéder au parcage pour de sombres raisons de sécurité, dont les 300 présents ont démontré l'absence de fondement."


http://www.zupimages.net/up/17/16/3mwq.jpg


http://www.zupimages.net/up/17/16/kvne.jpg


LAURENT PERPIGNA : "Tout le monde semble saluer le bras de fer engagé par les Ulramarines contre l'État. Qu'en serait-il si le résultat avait été tout autre ? Il convient de rappeler que l'association a été extrêmement courageuse et n'a pas hésité à se mettre en danger pour préserver ses droits. En ce sens, les soutiens reçus dès notre prise de position (les UB voulaient se rendre à Nantes en dépit de l'interdiction initiale pour protester devant le stade, NDLR) sont encore plus appréciables. Ils ont même été décisifs. Il est facile de saluer une décision a posteriori, quand tout s'est bien passé, cela l'était beaucoup moins vendredi, au pied du mur. Merci, donc, à toutes celles et ceux qui nous ont soutenu et qui ont remporté avec nous une bataille qui fera date."


http://www.zupimages.net/up/17/16/ku7v.jpg


http://www.zupimages.net/up/17/16/7pwz.jpg


http://www.zupimages.net/up/17/16/vi02.jpg


*L'auteur de ces lignes parle en connaissance de cause, il y était.

Laurent Perpigna et Florian Brunet (UB 87) fiers d'avoir "prouvé l'inefficacité du tout-répressif"

Contenu sponsorisé

En continu