Les deux matchs qui ont marqué Patrick Battiston avec les Girondins

Les deux matchs qui ont marqué Patrick Battiston avec les Girondins

Le - Interview- Par Lucas

Dans son entretien accordé à France Bleu Gironde, Patrick Battiston a confié que deux rencontres qu'il avait disputé, l'ont particulièrement marqué lors de son aventure au FCGB. 

Deux matchs importants dans l'Histoire du club, puisqu'il s'agit du Bordeaux-Juventus en demi-finale de la Coupe des Clubs Champions, puis, du match contre Rennes, offrant aux Bordelais, le titre en 1984 : 

"Il y en a deux. Le match à Rennes en 1984, celui du titre. C’était une rencontre particulière, à l’extérieur. Il fallait absolument que l’on gagne au moins les quatre derniers matchs. On avait cinq points d’avance. Monaco nous rattrapait, et on a tout fait pour gagner les matchs et on l’a fait, on les a arraché. Je crois d’ailleurs qu’à l’occasion du match contre Rennes, Jacques Chaban-Delmas était présent, imperméable avec son manteau au bord du terrain. Alain Giresse était blessé. Marius Trésor avait joué la rencontre. On a réussi à faire ce match et comme je disais, l’accueil reçu à Bordeaux a été merveilleux. On a senti une complicité et une proximité entre nous et le public. C’était très agréable. 

Le deuxième c’est le match contre la Juventus. Il s’est terminé sur une élimination et c’est un peu cruel quand on gagne. Mais avec cette ferveur, ce public… On nous avait amené des sacs postaux. Il y avait des lettres incroyables. Les gens croyaient en nous alors que l’on avait perdu 3-0 à l’aller. On était meurtri de cette défaite. Lorsque les gens nous voyaient sur la route, on entendait les klaxons de ceux qui se rendaient au stade. C’était extraordinaire. On avait le sentiment de ne pas être tout seul, bien qu’en face il y avait la Juventus de Turin de Michel Platini. Il y avait une revanche à prendre. Avec le staff composé à l’époque d’Aimé Jacquet, de Michel Hénin, les kinés, ensemble dans le vestiaire, quand on se préparait, on savait qu’il allait se passer quelque chose. Ça s’est fait. Il y avait 42 000 personnes dans le stade et je peux vous assurer que ça faisait du bruit."

Retranscription faite par nos soins

En continu