Ludovic Obraniak : "King Street ne fera pas de cadeau"

Ludovic Obraniak : "King Street ne fera pas de cadeau"

Le - Interview GA - Par

Sur Girondins Analyse (Twitch), Ludovic Obraniak a donné son sentiment sur la situation complexe dans laquelle les Girondins sont engagées avec un propriétaire invisible, peu concerné par le club et basé à l'autre bout du monde.

M6 et le maire de Bordeaux en prennent également pour leur grade.

"Est-ce que M6 a tout bien fait dans la vente du club ? On me dira, Nicolas de Tavernost voulait tellement s'en débarrasser... Même si la décision est venue de plus haut, quand on a été affiliés aux Girondins aussi longtemps, on ne peut pas dire que toutes les conditions étaient réunies pour filer le club à King Street."

"Et monsieur le maire, c'est pareil. Monsieur Hurmic, il ne nous l'a pas fait à l'envers ? Il était plein d'ambitions avant l'élection et depuis on ne l'entend plus !"

"Aujourd'hui, s'il y a une revente, il faut que ce soit des passionnés, des gens qui aiment le foot. Si le mec vient pour dépenser 100M€, dans le contexte actuel, pour espérer gagner de l'argent, il a pété un câble ! Ou alors il a été mal conseillé, mal entouré. Aujourd'hui, il faudrait quelqu'un - et c'est malheureux à dire - qui va devoir perdre de l'argent en arrivant pour en gagner par la suite sauf qu'actuellement c'est encore plus compliqué parce que King Street, ils ne vont pas faire de cadeaux. Aujourd'hui, le club est invendable. Pour eux, le club c'est une goutte d'eau dans l'océan. J'ai vu qu'ils avaient remis un peu d'argent et je ne pensais pas qu'ils allaient le faire. [...] Moi si je suis repreneur, jamais je ne reprends au prix demandé. Ce qui me chagrine et qui m'inquiète, c'est que ces gens ils n'en ont rien à faire des supporters, des joueurs, de la ville. Donc si demain ils doivent couler le club pour rentrer dans leurs frais, ils le feront. C'est aussi simple que ça. Les fonds d'investissement ils ne se prennent pas la tête longtemps et se disent : 'On regarde, on peut prendre un peu de sou ? Non ? Ça nous pose plus de problèmes que cela nous rapporte d'argent et une bonne image de marque ?'. Pour King Street, les Girondins de Bordeaux, ce n'est rien. Ils ont nommé Longuépée pour le faire. Je ne suis pas sûr qu'ils regardent Bordeaux de près et qu'ils vérifient toutes les semaines si ça se passe bien. C'est tout le problème de ces clubs qui sont rachetés par des gens qui viennent spéculer sans connaître et s'attacher à l'histoire d'un club et n'ont pas l'intention de la construire car ils viennent aussi sur une durée très courte. C'est juste navrant. Ce n'est pas le football que j'aime."

Retranscriptions faites par nos soins

Ludovic Obraniak : "King Street ne fera pas de cadeau"

Contenu sponsorisé

En continu