Nicolas Maurice-Belay : "J’ai envie de monter dans les championnats nationaux !"

Nicolas Maurice-Belay : "J’ai envie de monter dans les championnats nationaux !"

Le - Interview- Par

Via France Bleu, Nicolas Maurice-Belay a donné de ses nouvelles avec le métier d'entraîneur qu'il approfondit du côté de Mérignac Arlac :

"Javais obtenu le BEF l’année dernière. C’était une formation sur une année. Je l’ai passé en région parisienne, il y avait une section réservée aux anciens joueurs professionnels. J’ai pu retrouver, soit des amis d’enfance que je n’avais pas vu depuis longtemps, soit des joueurs professionnels qui venaient d’être à la retraite comme moi. C’était agréable d’essayer d’effectuer une seconde carrière en tant qu’entraîneur."

"Aujourd'hui, j’effectue ma première année à Mérignac-Arlac. J’étais coach-adjoint lors de ma première année et je suis passé cette saison entraîneur principal. [...] C’est un gros club de la région, avec de grosses infrastructures donc forcément le club est ambitieux. [...] Nelson Diaz et moi avons un ami en commun. La relation s’est créée comme ça, puis il m’a donné l’opportunité d’intégrer l’équipe d’Arlac. [...] Il n’y a pas forcément d’objectifs qui ont été définis, mais moi j’en ai à titre personnel. Forcément, j’ai envie de monter dans les championnats nationaux. C’est un challenge. J’ai fait passer ce message aux joueurs parce que forcément, quand on est sur un terrain, c’est pour gagner. Quand on est tout petit, on nous dit que l’important c’est de participer, mais dans le fond, chacun veut gagner. [...] C’est un très très beau challenge. On peut faire progresser les jeunes. Je trouve ça très bien, on peut leur apprendre, les aider. Il y a un beau potentiel en plus. Je suis très content de mon début de saison et j’espère que la suite sera meilleure."

"C’est vrai qu’on a une vision différente du jeu depuis un banc de touche. Il faut avoir plus de patience, se mettre à la place des joueurs aussi. Tout ça, il faut arriver à faire un tout pour pouvoir tirer le meilleur des joueurs. [...] On n’a pas le choix d’être indulgent. On passe de bon entraîneur à mauvais entraîneur, selon les résultats de notre équipe et donc en fonction des joueurs. Forcément, si on ne les met pas dans les bonnes conditions, on n’est pas surs d’avoir les résultats obtenus ou ce que l’on recherche au travers de nos joueurs. 

Retranscriptions faites par nos soins

En continu