P. Feindouno se souvient de son but de 99, d'E. Baup et de J-C Darcheville

P. Feindouno se souvient de son but de 99, d'E. Baup et de J-C Darcheville

Le - Anciens- Par

Technicien réputé de la Ligue 1 des années 2000, surtout avec l'AS Saint-Etienne, l'ancien espoir guinéen des Girondins de Bordeaux, Pascal Feindouno, a donné de ses nouvellesdans 'Top Girondins', sur ARL.

Le buteur du titre de 99 des Marine et Blanc aborde, en vrac mais toujours avec le sourire, plein de sujets :

"Mon actualité ? Pour le moment je me repose, après ma carrière de joueur et ensuite j'attaquerai le boulot. Pour le moment, je suis tranquille, mais je réfléchis à travailler, pourquoi pas, avec la Guinée.

Mon but de 99 ? J'ai surtout ressenti de l'émotion, mais on avait un gros effectif donc c'est vrai que je n'avais pas ma place, pas de temps de jeu, car j'étais jeune. Et être champion de France à 18 ans, c'était merveilleux. Je me sentais bien, j'étais bien entouré.

Mon amitié avec Jean-Claude Darcheville ? Oui, on a toujours gardé le contact. Là, il est rentré en Guyane, il est bien là-bas, et on s'appelle encore de temps en temps. Avec lui, on essayait de jouer et ça avait bien marché, donc tant mieux pour nous (rire). On s'entend bien, en dehors, et on s'entendait bien aussi sur le terrain, donc c'est pour ça que ça passait.

Ma relation avec Élie Baup ? Je dirais que c'est fort Je le prenais pour mon papa spirituel. Il a eu le courage de me lancer dans le grand bain et après c'était à moi de conclure tout ça. Je l'ai fait, donc c'était bien, il était très content de moi. Maintenant, je continue de suivre, de temps en temps, les résultats des Girondins. Je sais que là ils sont dans le Top 5, c'est bien.

La baisse de forme de mon compatriote François Kamano ? Oh, c'est assez dur à expliquer, mais des fois ça peut arriver. Maintenant, je pense qu'il va retrouver sa forme habituelle. J'étais avec lui pour le match amical contre les Comores et il était pas mal. Donc on a parlé un peu. En plus, c'est mon cousin ! C'est la famille... Il a le même nom que ma mère. Bordeaux c'est la maison (rire) !"

En continu