Pierre Ménès : "On prend les joueurs pour des bouts de viande"

Pierre Ménès : "On prend les joueurs pour des bouts de viande"

Le - Interview - Par

Pour Top Girondins (ARL), Pierre Ménès a évoqué son soulagement de voir le football pro continuer mais soulevé le problème d'un calendrier qui ne cesse de se charger pour certains clubs :

"Pour être très égoïste, je suis quand même content qu’il y ait du football pour pouvoir égayer mes soirées puis pour me permettre de travailler aussi. Si le football continue, le CFC continue aussi. Déjà que Mediapro ne paie pas les droits, si en plus on leur retire les matchs, ils ne vont plus rien payer du tout. Le football a besoin de jouer. On est parti pour un confinement d’un mois, ce qui n’est pas très long. En revanche, un mois sans la moindre compétition, ce serait dramatique pour le calendrier sachant que normalement, il y a l’Euro à la fin. Le football est un petit peu coincé avec les autres championnats qui ont repris tardivement. J’ai annoncé au CFC qu’il allait y avoir de la casse musculairement. Si l’on regarde les matchs de cette semaine, il y a quand même eu Neymar, Benjamin Bourigeaud et Daniele Rugani qui ont eux des problèmes physiquement. De la casse il y en aura peut-être autant qu’il y aura des cas de COVID dans le football. On prend les joueurs pour des bouts de viande, on ne les respecte pas, on ne les écoute pas. On se rend compte que les clubs européens doivent jouer six fois en trois semaines. C’est trop. Il y a une trêve internationale… Qu’est-ce qu’ils nous emm*** avec leur compétition en bois… Ils ne pouvaient pas l’annuler cette année pour soulager les calendriers et remettre des matchs amicaux à partir du mois de février ? Le problème est là. On parle de ligue fermée mais l’UEFA et la FIFA font tellement n’importe quoi qu’à un moment donné, les clubs en ont plein le c** d’envoyer des joueurs en sélection pour qu’ils reviennent fatigués comme Neymar où blessés comme Marco Verratti. à un moment donné, on ne peut pas demander aux clubs de payer les joueurs et ne pas les faire jouer car ils se blessent en faisant des matchs en carton."

Retranscription faite par nos soins

Pierre Ménès : "On prend les joueurs pour des bouts de viande"

Contenu sponsorisé

En continu