Stopyra : "Si on regarde les jeunes du Proyecto comme des Français, on va se planter"

Stopyra : "Si on regarde les jeunes du Proyecto comme des Français, on va se planter"

Le - Interview - Par

Responsable du recrutement et de la détection pour le centre de formation des Girondins depuis plusieurs années maintenant, Yannick Stopyra a accordé quelques mots à nos partenaires de CFA Girondins.fr. Dans la première partie relayée, il explique ses relations avec le Proyecto Crecer, la filiale sud-américaines du FCGB.

« ils ont de superbes installations, il y a beaucoup de clubs professionnels qui aimeraient avoir ça. Mais au niveau de la compétition, ce n’est pas tout à fait la même chose. Au niveau des entraînements, quand ils arrivent, les joueurs ont un peu de mal à se mettre dans le coup, mais quand ils jouent, ils amènent beaucoup de qualité. Il leur faut une adaptation.

(...) J’ai vu la première de Daniel Mancini avec les professionnels des Newell's Old Boys (club de D1 argentine, aussi partenaire des Girondins). Mais Mancini, au départ, il n’aurait pas pu jouer. Le but c’est d’avoir un œil sur ces joueurs, d’avoir la possibilité de les récupérer quand ils sont prêts, il faut qu’ils fassent leurs classes, notamment avec les Newell’s Old Boys. Il y a des joueurs du Proyecto qui font des essais et on peut en bloquer certains avec l’avocat là-bas. Il y a des talents. On suit les joueurs qui sont aux NOB : Daniel Mancini et Joaquin Varela, mais il y en a qui sont aussi sensiblement du même niveau. Donc ça ne sert à rien de les empiler pour ne pas les faire jouer. Mais tout ça, ça regarde Willy Sagnol et la direction au niveau des professionnels. Nous, on s’occupe des jeunes.

(...) Je suis certain que les Argentins peuvent amener des choses qu’on ne peut pas leur amener dans la mentalité et la philosophie de jeu. Ce sont des joueurs qui sont différents de nous et si on les regarde comme des Français, on va se planter. Mais ils peuvent apporter beaucoup au club. »

Stopyra : "Si on regarde les jeunes du Proyecto comme des Français, on va se planter"

Contenu sponsorisé

En continu