T. Baccomo : "On rencontre ce qu'il y a de pire dans le foot-business"

T. Baccomo : "On rencontre ce qu'il y a de pire dans le foot-business"

Le - Ultramarines - Par

Répondant à 'Revue Far Ouest', l'un des leaders des Ultramarines Bordeaux 87, Thibaud Baccomo, explique le rejet des UB concernant le nouveau logo du FC Girondins de Bordeaux - dévoilé hier... par les ultras ! -, mais aussi leur peu d'attrait pour le fait que les Marine et Blanc soient possédés par King Street, un actionnaire désincarné au possible.

"Le mouvement 'Nous Les Girondins' qu'on a lancé, avant le rassemblement de ce samedi, c'est avant tout un cri du cœur, car on aime notre club et qu'on est des passionnés, mais aussi un cri d'inquiétude car on est perdu et déboussolé face à la gestion calamiteuse du club et face au dialogue impossible avec les personnes à la tête du club actuellement. Dans la version moderne du football, le football-business, on rencontre là ce qu'il y a de pire. On a été rachetés par un fonds d'investissement dont on ne connait personne et dont le visage n'existe pas. King Street, ça fait de nombreux mois voire années qu'on demande à les rencontrer, mais leur visage humain aux Girondins de Bordeaux c'est Frédéric Longuépée et, pour l'instant, personne de King Street n'a déclaré publiquement qu'il était intéressé par le football..."

Ce jour ne semble pas près d'arriver, d'ailleurs...

Retranscriptions faites par nos soins

T. Baccomo : "On rencontre ce qu'il y a de pire dans le foot-business"

Contenu sponsorisé

En continu