Xavier Domergue : "Bordeaux c'est ma ville, mais j'arrive naturellement à rester dans le côté pro"

Xavier Domergue : "Bordeaux c'est ma ville, mais j'arrive naturellement à rester dans le côté pro"

Le - Interview - Par

En attendant que Vincent Duluc (journaliste L'Équipe) soit notre invité, ce soir dans 'Girondins Analyse' (21H - 23H, sur R.I.G et sur le player de G33) ; retour sur notre entretien du mois dernier, avec Gaëtan Huard et Xavier Domergue.


Ce dernier, commentateur pour BeIn Sports et supporter bordelais (sa ville d'origine), nous expliquait comment il arrivait à faire abstraction de cela pour rester neutre et objectif dans ses commentaires ; d'autant qu'il commente régulièrement les Girondins :


"On vit ça de manière particulière, forcément, mais en fait j'ai appris de manière assez simple à retrouver cette neutralité. Le fait d'être dans le milieu, de commenter la Ligue 1 depuis 5 ans... Même si j'ai des attaches, que Bordeaux c'est ma ville, que j'ai grandi ici, que j'ai des liens avec ce club, je suis dans le côte professionnel. Même s'il y a de la déception après un match... Ce n'est pas que me dois de ne pas le montrer, mais pendant une heure et demi j'arrive naturellement à rester dedans. On ne travaille pas à Girondins TV, là ce serait différent dans le fonctionnement (sourire)... Après, avec le recul, ça fait mal. Quand on rentre, on se dit que c'est triste pour le club, surtout après Videoton car on parle de l'historique européen des Girondins... Mais sur le coup, on vit ça comme un match ordinaire, comme les autres.


A la limite, sur une finale de Coupe, vous m'entendrez peut-être supporter dans mes commentaires... Mais je ne crains pas grand-chose car on n'a pas la Coupe de France sur beIN... Après, ça pourrait arriver quand même, sur un gros match de Coupe d'Europe - et malheureusement il n'y en aura pas cette saison -, car on est porté par l'histoire, par les frissons, et dans ces cas-là on lâche un peu prise."


Xavier Domergue : "Bordeaux c'est ma ville, mais j'arrive naturellement à rester dans le côté pro"

Contenu sponsorisé

En continu