Des raisons d'y croire contre Paris ?

Des raisons d'y croire contre Paris ?

Publié le - Par - Avant-match

Ce dimanche, ce n’est ni plus ni moins que le Paris Saint-Germain, double champion de France en titre, et ses stars qui se présentent sur la pelouse du Parc Lescure. Montant crescendo ces dernières semaines, le PSG, surtout depuis sa très grande performance d’hier soir à Londres en Ligue des Champions, sera l’archi favori. Mais les Girondins auront peut-être leur(s) mot(s) à dire…

Depuis l'été 2011 et son rachat par Qatar Sport Investments, le club de la capitale, en même temps qu’il a pris la dimension que l’on sait, est « chez lui » au stade Jacques Chaban-Delmas (et ailleurs en France) où il reste sur 3 succès de suite et 1 match nul toutes compétitions confondues. Il est loin le temps où ce stade était un terrain maudit pour le PSG, comme en témoigne l’historique général des Bordeaux - Paris, avec notamment quelques scores lourds en faveur des Girondins, à base de 3-0 réguliers dans les années 2000. Pour sa première et dernière à Lescure contre le PSG à domicile (après deux défaites au Parc, 0-3 en L1 et 1-2 en Coupe de France), le Bordeaux 2014/15 de Willy Sagnol aura donc un sacré défi à relever pour inverser la tendance.

http://www.zupimages.net/up/15/11/pide.png
http://www.zupimages.net/up/15/11/t2wf.png

http://www.zupimages.net/up/15/11/t4s4.png

D’autant plus que Paris est en forme ascendante et que sa qualité de jeu, souvent critiquée depuis août malgré les résultats, s’améliore dans le « money time » de la saison. A l’approche du printemps, l’équipe de Laurent Blanc est encore en course sur quatre compétitions et s’est qualifiée hier soir de façon épique pour les quarts de finale de la Ligue des Champions (sur le terrain de Chelsea, à 10 contre 11 pendant 60 minutes plus 30 minutes de prolongations, grâce à un nul 2-2 arraché à la 114ème minute, après le 1-1 de l’aller, qui les mettait en ballotage défavorable). Depuis son revers fracassant à Bastia mi-janvier (2-4, après avoir mené 2-0), le PSG est sur une série en cours de 10 victoires et 5 matches nuls avec 27 buts marqués pour seulement 11 encaissés. Le dernier succès - avant l’exploit d’hier à Stamford Bridge - 4-1 de samedi dernier, même contre un RC Lens malheureusement à la dérive sur tous les plans, a ainsi été un récital assez complet. Quand on sait en plus que Paris, malgré 7 nuls et 2 défaites pour « seulement » 5 victoires, voyagé bien en championnat (2ème à l’extérieur), on se dit que la peau des coéquipiers de Lamine Sané, Wahbi Khazri et Cédric Carrasso ne vaudra pas bien cher… Ou alors que la cote n’en sera que plus belle pour une surprise.

http://www.zupimages.net/up/15/11/a8jv.png

En effet, même si la logique et le « bon sens » voudraient que Paris - qui a en plus marqué deux fois sur coups de pieds arrêtés hier, le gros point faible défensif des Girondins en ce moment - l’emporte encore à Bordeaux, les Marine et Blanc ont quand même des arguments à faire valoir.

Déjà, même si elle est bien moins impressionnante que celle des Parisiens, les Girondins restent aussi sur une série de résultats positifs. Depuis leur défaite à… Paris en 1/16ème de finale de Coupe de France (1-2) il y a presque 2 mois, les hommes de Willy Sagnol viennent ainsi de boucler 7 matches sans perdre, soit leur plus longue série d’invincibilité de la saison. La série girondine, si elle ne se compose « que » de 3 succès et de 4 matches nuls et qu’elle a vu Bordeaux être avant tout rigoureux (3 clean sheets, 7 buts pour et 4 buts contre), a tout de même redonné confiance à un groupe qui abordera probablement le match de dimanche sans pression négative ; même si cette pression serait encore moindre avec 3 ou 4 points de plus pris sur des matches récents comme ceux à Bastia, à Rennes ou contre Nice, Guingamp et Reims, durant lesquels Bordeaux a manqué de nombreuses occasions et/ou s’est sabordé tout seul sur le plan défensif.

http://www.zupimages.net/up/15/10/q7ks.png

En plus de cette série, le FCGB peut compter sur la bonne forme du moment de ses individualités offensives, Wahbi Khazri (7 buts et 3 passes décisives en L1) et surtout Diego Rolan (9 buts et 1 passe en L1), pour espérer poser des problèmes à l’ogre parisien. Rolan, buteur lors du match PSG - Bordeaux en Coupe de France, vient de signer un doublé importantissime à Caen (2-1), ses deux premiers buts en L1 à l’extérieur depuis sa venue en France il y a deux ans. Jusque là inspiré uniquement au Parc Lescure, le jeune international uruguayen est, avec 7 buts, l’un des joueurs offensifs les plus efficaces à domicile, derrière Lacazette à 11 et un trio Gignac, Fékir et Ibrahimovic à 8 chacun. Malgré une saison marquée par de l’irrégularité et des petits soucis de comportement, le N°9 bordelais est donc bien, grâce à sa percussion, son audace balle au pied et sa faculté à marquer, notamment de près, l’atout décisif N°1 des Girondins. Son duo formé avec Khazri, voire son trio avec le nouveau Isaac Kiese Thelin, qui aura très fort à faire dimanche s’il joue, va donc devoir être performant pour créer l’exploit.

http://www.zupimages.net/up/15/11/zjw9.png

Le dernier « argument » en faveur des locaux avant leur combat, très déséquilibré en apparence, contre Paris est aussi le plus fallacieux. En effet, de la même manière qu’on a pu dire pour Paris que le 1-1 à domicile de l’aller face à Chelsea pouvait paradoxalement être un meilleur résultat que le succès 3-1 de la saison passée - d’ailleurs ils se sont qualifiés cette fois et pas la précédente -, peut-être que, dans l’optique de compter sur un relâchement du PSG dimanche, il valait mieux miser sur une qualification que sur une élimination hier en Ligue des Champions. Ce dernier cas de figure aurait ainsi facilité une réaction d’orgueil dimanche, là où, avec l’exploit européen réalisé, la possibilité de voir Verratti, Pastore, Thiago Silva et consorts (sauf peut-être Ibrahimovic qui voudra réagir individuellement après son exclusion et les critiques qui en ont découlées) arriver à Lescure moins motivés est finalement renforcée. Bien sûr, ce point de raisonnement n’est que pure spéculation, encore plus que les autres même, mais il représente très certainement un important ressort psychologique sur lequel Willy Sagnol et son staff s’appuieront pour préparer le match. Point qui avait fait la différence en faveur de Guingamp et Bastia, seules équipes françaises à avoir battu le PSG cette saison.

Pour Bordeaux, l’expérience et les bons tuyaux de Clément Chantôme, qui était encore joueur du Paris Saint-Germain il y a deux mois, compteront sans doute aussi. Tout comme l’absence de Lucas Moura (7 buts et 3 passes cette saison en L1), blessé ces dernières semaines, et qui ne pourra pas, comme lors des récents matches entre Paris et Bordeaux, faire du mal aux Girondins.

http://www.zupimages.net/up/15/11/0y8l.png

Au final, même si, évidemment, ce match ne met, comme tous les autres, que 3 points en jeu, les porteurs du scapulaire seraient quand même bien inspirés de ne pas le terminer avec une défaite au compteur. En effet, les concurrents des Girondins pour le top 5 et la course à l’Europe, qui joueront vendredi et samedi, n’attendront qu’une chose devant leur télé : reprendre des points au FCGB. En effet, à la fois Montpellier (qui reçoit Reims), Saint-Etienne (qui va à Metz) et Monaco (qui accueille Bastia) risquent de l’emporter, mettant la pression sur Bordeaux dimanche au moment d’en découdre avec le géant parisien. Dans un tel contexte, le rôle du public, pourrait jouer. Ne reste plus qu’à espérer que Lescure, à guichets fermés pour la première fois depuis le début de la saison - et depuis bien longtemps -, soit rempli de supporters bordelais prêts à pousser leur équipe quoi qu’il arrive, et non pas de sympathisants aquitains du nouveau Paris Saint-Germain venus pour prendre Zlatan en photo. Mais ça, c’est un tout autre débat…

http://www.zupimages.net/up/15/11/vcyf.png