Gasset marque les esprits

Gasset marque les esprits

Publié le - Par - La Rédac.

Après avoir vu le renfort d'Hatem Ben Arfa, Jean-Louis Gasset a fait deux choix forts contre Nîmes (J8).

Dès qu'il l'a pu, Jean-Louis Gasset a donc lancé sa nouvelle arme offensive. À Marseille et malgré de nombreuses incertitudes autour de la condition physique d'Hatem Ben Arfa, l'ancien lyonnais avait donc débuté.

En vue sur un but refusé pour un hors jeu, le nouveau numéro 8 des Girondins avait également montré de belles dispositions qu'il a confirmées contre Nîmes. À nouveau titulaire, HBA a donc subtilisé d'entrée une place dans les onze de départ de Jean-Louis Gasset. Les prestations réalisées contre Marseille et Nîmes ne donneront tort à aucun des deux individus.

Avec une petite dizaine de joueurs offensifs à disposition pour composer son attaque, l'entraîneur bordelais continue d'alterner les possibilités : 8e quatuor offensif aligné contre Nîmes avec Hwang, Maja, De Préville et Ben Arfa qui ont débuté.

Mais après 8 journées, l'ancien entraîneur des Verts a déjà pu tirer quelques certitudes. Questionné en conférence de presse sur le début de saison de Nicolas De Préville, Jean-Louis Gasset avait reconnu une méforme de son joueur et exprimé surtout qu'il avait conscience que son joueur n'était pas au niveau attendu. À son raisonnement, JLG avait ajouté qu'il pourrait changer les choses.

Petite surprise donc au moment de la composition d'équipe face à Nîmes quand l'ancien lillois était à nouveau aligné d'entrée.

Timide et surtout transparent dans le jeu, Nicolas De Préville n'a pas proposé grand chose dans son couloir. Tout comme Hwang d'ailleurs. Avec deux joueurs offensifs excentrés et inutiles, c'est Hatem Ben Arfa qui est redescendu d'un cran, voire deux, pour aller chercher et lancer les premières mèches offensives. Car au milieu, Toma Basic a manqué de soutien et Otavio a une nouvelle fois fait du Otavio. À l'aise dans l'exercice des passes en retrait, le milieu brésilien a une nouvelle fois manqué d'impact et d'ambition dans son jeu. Un nouveau carton jaune reçu (son 4e de la saison) sur une situation qui aurait pu coûter très cher aux Girondins aura eu raison de son temps de jeu dans le match.

Car comme les observateurs de la rencontre, Jean-Louis Gasset a noté un Bordeaux dominé à domicile par une équipe présumée plus faible comme Nîmes. Après les nombreux discours prônés en conférence et dans les médias, l'entraîneur bordelais n'a pas apprécié du tout le décalage affiché sur le terrain. Exit donc Otavio et Nicolas De Préville après 40 minutes de jeu "seulement".

Au delà de l'impact qu'auront eu les rentrées de Rémi Oudin et Yacine Adli, ce double-choix a envoyé des messages forts au groupe bordelais.

Les joueurs qui n'ont pas le niveau ou qui le perdent comme Nicolas De Préville, Otavio et d'autres sont désormais clairement menacés en cas de contre-performance. D'autres joueurs sur le banc n'attendent que leur chance et la jeunesse et l'insouciance associée au talent comme aperçu chez Mehdi Zerkane notamment montrent que Jean-Louis Gasset a le choix.

Certes, l'effectif des Girondins n'est pas du niveau podium mais disposer de plusieurs ressources intéressantes sur le banc des remplaçants est déjà appréciable.

En sortant deux cadres avant la mi-temps, Jean-Louis Gasset a montré également qu'aucun joueur n'était intouchable. Dernièrement, Youssouf Sabaly avait été pointé du doigt par l'entraîneur bordelais, face à Nîmes, Otavio et Nicolas De Préville ont eux payé le prix fort.

Enfin, l'entraîneur bordelais s'est peut-être aussi envoyé un message à lui-même avec ce double changement : composition de départ manquée, confiance non rendue par certains joueurs ou aussi niveau affiché par certains en décalages avec ses espoirs. Jean-Louis Gasset a donc réagi.

Avant d'affronter plusieurs grosses écuries du Championnat, les Girondins ne s'en plaindront pas.