Les envies de départ de Paulo Sousa ont-elles égratigné le FCGB ?

Les envies de départ de Paulo Sousa ont-elles égratigné le FCGB ?

Publié le - Par - La Rédac.

Pendant plus d'un mois, les supporters des Girondins auront suivi une nouvelle mini-série aux Girondins : celle d'un possible départ de Paulo Sousa. Finalement, le portugais devrait bien attaquer la saison avec le FCGB.

Les Girondins n'étaient pas à un feuilleton près. Pour s'occuper depuis l'après confinement, bon nombre de sujets sont venus s'incruster dans la vie des supporters bordelais et dans celle du club. Avec un club saccagé par le clan GACP et un duo Frédéric Longuépée - Antony Thiodet créateur de troubles gratuits et inutiles, les Girondins de Bordeaux (et non Bordeaux Girondins) ont également vu leurs joueurs y mettre du sien à l'image d'Aaron Boupendza dont le comportement hors terrain a une nouvelle fois parler de lui.

Au milieu de ce bourbier, Paulo Sousa n'a lui aussi plus su ou donner de la tête. D'autant que celle-ci a dû tourner quand des rumeurs d'un intérêt de Benfica pour s'attacher ses services sont sorties de la presse vers le 25 juin. D'entrée, ces échos faisaient état d'une short-list où l'entraîneur des Girondins prenait place. Rapidement, les rumeurs ont été étouffées du côté de l'agent de Sousa - avec au passage une nouvelle rumeur faisant cette fois état d'un intérêt de la Roma - mais tel un boomerang, tout cela est revenu aussi vite.

Entre temps et son démenti des négociations avec Benfica (le 7 juillet), Paulo Sousa avait annoncé ses envies de départs à ses cadres (Costil, Koscielny, Briand, De Préville).

En face, ou presque - tant Frédéric Longuépée préfère communiquer par mail - une communication parallèle a été menée. Car dans chaque camp (Longuépée / Sousa), chacun y sera allé de ses informations transmises à la presse pour tenter de manipuler l'autre. L'espace de quelques jours, voire même de quelques heures, plusieurs informations contraires ou "dressées" en faveur de P. S ou de F. L sortaient ainsi des colonnes de l'Équipe / RMC et des paroles de Manu Lonjon dans son Live Twitch.

Du côté de la direction donc, un autre décor était planté : de l'intérêt de Benfica, les Girondins ont tenté d'en tirer profit pour qu'ils soient dédommagés d'un départ de l'un de leurs salariés sous contrat. Aucune idée précise du montant mais était aussi à prendre en compte la "clause" du contrat de Paulo Sousa où ce dernier pouvait quitter les Girondins contre une somme de 2-3M€. À noter que cette clause avait été révélée au mois de décembre dernier, où dans la presse, l'entourage de Sousa mettait une légère pression sur le club face au manque d'ambition annoncé à un moment où... des rumeurs faisaient état d'un intérêt d'Arsenal pour l'entraîneur des marine et blanc.

En dehors de cette clause, les discussions entre Longuépée et Sousa ont évolué : un protocole aurait notamment été remis à Paulo Sousa afin que celui-ci quitte les Girondins sans indemnité. Ce "bon de sortie" remis, les événements pouvaient faire penser à un départ proche - Jean-Louis Gasset restant en pôle de la short-list des successeurs - mais une autre information débarquait : Paulo Sousa disposait de plusieurs jours de réflexion.

Dans ce cosmos bordelais marqué par les lentes manoeuvres des deux camps suite à l'entrée de Benfica, les envies de départs de Paulo Sousa fortes puis incertaines et la relation tendue entre le portugais et Frédéric Longuépée, Paulo Sousa décide finalement de rester aux Girondins apprend-on dans les colonnes de 20 Minutes.

La rumeur Benfica éteinte, Bordeaux garde donc son entraîneur qui garde lui son contrat et son salaire au FCGB. Au terme de ce feuilleton, les joueurs ont été marqués en partie par cet épisode mais sauront probablement vite passer à autre chose. Du côté des supporters, les résultats viendront probablement en faire de même. En attendant, certains se réjouissent de voir un nom prestigieux et aux valeurs importantes rester en Gironde, pendant que d'autres regrettent que le club conserve un entraîneur aux résultats décevants et au salaire imposant.

Dans la presse et en coulisses, ce feuilleton aura fait couler beaucoup d'encre pour un club qui s'en serait bien passé mais qui a aujourd'hui plus important à penser. Dire qu'il y a une dizaine d'années, l'annonce de départ d'un certain Laurent Blanc avait coûté beaucoup aux Girondins. Aujourd'hui, l'époque est hélas toute autre.

Qu'en sera-t-il demain avec un tel contexte ? Le nouvel exercice va vite arriver et ses premiers matches aussi. Le manque de résultats fragiliserait encore un peu plus les tensions entre Frédéric Longuépée et Paulo Sousa mais aussi à d'autres niveaux. Et vers quoi se dirigera-t-on à la prochaine rumeur d'un club intéressé par l'entraîneur portugais ? Compliqué à dire mais le FCGB pourrait à nouveau en pâtir. En attendant, il faudra vite se projeter sur le terrain et le sportif. Cela tombe bien, le premier match amical contre Angers arrive samedi.