Reposez-vous bien...

Reposez-vous bien...

Publié le - Par - La Rédac.

Bordeaux a préservé, hier soir, son invincibilité à domicile contre l'OM au terme d'un match poussif qui vient conclure une première partie de saison plutôt médiocre. Bilan(s).


A l'issue d'un match à oublier, Bordelais et Marseillais se sont donc quittés hier soir sur le score de parité de un but partout. Parce que Bordeaux ne pouvait décemment pas briser sa série de matches sans défaite, en cours depuis 1977, sur un but d'Alaixys Romao, c'est Wahbi Khazri qui a égalisé dans la foulée, moins d'une minute plus tard !

Diego Rolan, tout proche d'inscrire le but de la victoire à quelques instants du coup de sifflet final, et ses coéquipiers vont donc bénéficier d'une courte période de repos avant de retrouver les chemins du Haillan et les différentes compétitions dans lesquelles 2016 les attend de pied ferme.

Le bilan comptable

Quatorzième au terme des 19 premières journées avec un total de 23 points (1,21 points par match), le bilan est clairement faiblard pour la bande à Willy Sagnol.

Éliminé dés les phases de poules en Europa League après avoir passé, non sans mal, les tours préliminaires, le tout en terminant dernier de la sienne sans avoir gagné un match, Bordeaux n'aura, au final, "brillé" que contre les grosses écuries en ce début de saison... comme souvent depuis des années ! Un nul, presque synonyme de victoire, à Paris (2-2), un hier contre Marseille (1-1), un autre à Saint-Étienne (1-1) et un dernier contre Liverpool (1-1 encore), mais aussi des victoires contre Lyon (3-1) et Monaco (3-1 et 3-0 en Coupe de la Ligue) auront été les seuls moments "forts" du premier semestre de 2015/16. Pour le reste, on relève surtout une belle poignée de non matchs et de défaites plus ou moins humiliantes : contre Montpellier (0-0) et Toulouse (1-1), à Nice (1-6), à Lorient (2-3), à Ajaccio (0-2) et contre Sion (0-1) ou encore Caen (1-4). Enfin, on rajoute quelques points pris face à des adversaires clairement en dedans cette saison : victoires contre Nantes (2-0), Guingamp et Troyes (1-0 à chaque fois).

Dernier faits importants, à part à Larnaca (1-0, mais 4 - ! - montants touchés par les Chypriotes), Bordeaux, qui s'appuie sur une défense très perméable, n'a pas su gagner une fois à l'extérieur cette saison !

L'infirmerie

De son effectif, pourtant fourni quantitativement (environ 30 joueurs sous contrat professionnel), Bordeaux a commencé par perdre Grégory Sertic dès le premier match de championnat et a continué de compter ses blessés. Lamine Sané, Jaroslav Plasil, Cheick Diabaté ou encore Thomas Touré ont manqué chacun plus de 10 rencontres sur les 30 jouées en cette première moitié de saison. Une situation aussi hallucinante qu'inquiétante. Parmi les blessés (plus d'une dizaine en ce moment !), certains semblent mêmes voués à des aller retour à l'infirmerie... dont Pablo CastroNicolas Maurice-Belay ou Thomas Touré.

Les raisons de ces blessures sont toujours très difficiles à trouver. Mauvaise hygiène de vie ? Entraînements trop intenses ? Répétitions des matches tus les 3 jours et mauvaise gestion des joueurs ? Certainement un peu de tout pour ce Bordeaux qui n'arrive aujourd'hui pas à grand chose.

L'entraîneur

L'an passé, on avait excusé (pour la plupart) à Willy Sagnol ses propos maladroits sur le "joueur type africain" en raison de sa jeune expérience d'entraîneur. Cette saison, si elles ne sont pas dans la même lignée (et heureusement), certaines des déclarations du coach bordelais depuis quelques semaines/mois n'avaient peut-être pas franchement lieu d'être. Qu'il s'agisse de ses récents propos provocants avant son passage à la Commission de Discipline de la LFP, de remarques faites sur les arbitres ou les supporters, ou bien de critiques publiques envers certains de ses joueurs, à l'image des mots tenus pour le jeune Kévin Soni, Willy Sagnol - dont pas mal d'explications techniques et tactiques et de justifications font aussi débat - apparait de moins en moins maitre de la situation. Lui et son staff seraient-ils vraiment en difficulté, notamment en interne comme le dit parfois la presse ?

Si la discipline a finie par être revue à la baisse du côté de l'ex joueur du Bayern Munich, après une série de mauvais résultats et un dialogue avec les joueurs qui semblent toujours "adhérer", celui qui gère parfois ses troupes "à la dure" en écartant des éléments pour les piquer dans leur orgueil (Sertic la saison passée, Contento, Poundjé, Gajic, Kiese Thelin cette saison) aurait encore du mal à tirer le maximum d'un groupe dont l'état d'esprit est souvent remis en cause. Mais comme souvent, le silence et le climat de relative non médiatisation du club étouffent tranquillement ce genre de débat sur le fameux "confort bordelais", qui ne concerne pas que le vestiaire et le compartiment sportif.

Les joueurs 

Ils sont à peu près tous à mettre dans le même panier aujourd'hui. Pas à la hauteur en cette première partie d'exercice, ces joueurs qui portent aujourd'hui nos couleurs ont eu du mal à prendre du plaisir sur les terrains et à en donner par la qualité de leurs performances. Entre blessures, méformes, temps de jeu irrégulier, et changements de postes, quelques uns ont mis plusieurs mois avant d'entrer dans leur saison (pour ceux qui y dont vraiment rentrés...), à l'instar de Diego Rolan, qui a marqué 3 buts et suite en décembre, contre 1 seul entre août et novembre. L'approche du mercato l'aurait-elle réveillé ? De son côté, Lamine Sané peine à enchaîner trois matchs de rang - sans parler de la qualité de ces matches - à cause des blessures. Parlons aussi de Clément Chantôme, qui a vu pendant sa dernière blessure, un jeune argentin de 19 ans (Valentin Vada), plus offensif certes, jouer avec plus d'envie, de joie et de justesse que lui; ou encore des attaquants Cheick Diabaté et Isaac Kiese Thelin qui se sont faits chiper leur(s) place(s) par un jeune de la CFA qu'on pense aujourd'hui promis à un bel avenir vu sa progression, surprenante (Enzo Crivelli). 

Les supporters

Pour la première partie de saison dans "leur" tout nouveau stade (qu'ils appellent René Gallice), les supporters girondins (enfin, ceux qui viennent au stade, soit pas tant de monde que ça et donc surtout ceux du Virage Sud...) n'auront pas été récompensés de leur soutien inconditionnel : résultats en dents de scie sur le terrain, joueurs peu engagés, dirigeants et entraîneurs peu engageants, affluences affligeantes dans le reste de l'enceinte... Ils auront également été... insultés par certains joueurs lors d'un retour électrique à Bordeaux après un nouveau revers cuisant sur le terrain du Gazélec d'Ajaccio. Le promu corse, vivant sa... première saison en Ligue 1, est d'ailleurs, pour la petite histoire, devant les Marine et Blanc au classement à la trêve de mi-saison...

Héroïques chaque semaine, notamment lors de déplacements européens à l'autre bout du monde (Kazan et, surtout, Almaty) et de celui à Liverpool où le millier de Bordelais présents a fait beaucoup de bruit, les Ultramarines et l'ensemble de leurs sympathisants ont également mené une grève d'encouragements contre Guingamp avant de se sublimer une dernière fois en 2015, ce dimanche contre Marseille.

La carte jeune

Au milieu de tout ce marasme, la belle surprise est venue du côté des jeunes du centre : Frédéric Guilbert, Valentin Vada, Gaëtan Laborde ou encore Adam Ounas ont tous su saisir leur chance, à des degrés différents, lors de ce début de saison. Tous les jeunes ne s'imposent pas d'entrée, à l'image de Kévin Soni, mais le ratio est bon et donne de l'espoir. De quoi "bousculer les cadres", et peut-être carrément jusqu'à la porte de sortie.

En attendant, 2016 sera une année où les Girondins de Bordeaux auront des choses à se faire pardonner et des erreurs de 2015 à rattraper. Messieurs, joueurs, entraîneurs, dirigeants, profitez bien de cette trêve hivernale pour vous reposer, et éventuellement remettre certains de vos états d'esprit en question. Car toutes ces parodies et ce foutage de gueule on en est déjà rassasié et ce avant même le début des fêtes de fin d'année. Regrettable non ?