Silence, Sagnol fait tourner !

Silence, Sagnol fait tourner !

Publié le - Par - La Rédac.

"J'ai été très surpris. Tout ce temps passé à la vidéo pour rien..." Ces propos de Christophe Galtier, l'entraîneur stéphanois, à l'issue de la rencontre entre Saint-Étienne et Bordeaux (1-1) ont parfaitement illustré l'étonnement affiché hier soir à l'annonce de la composition du onze de départ des Girondins. Un message de Willy Sagnol à son groupe ?





Avec deux matchs dans la semaine ; le premier dans le bouillonnant stade Geoffroy Guichard et le second ce dimanche face à Rennes devant son public ; on pouvait se douter que Bordeaux allait effectuer au moins quelques changements lors de cet enchaînement de rencontres. Mais contre Saint-Étienne, Willy Sagnol a lancé une mini-révolution : en plus des cadres blessés comme Lamine Sané et Grégory Sertic, l'entraîneur bordelais avait également choisi de faire débuter Mariano, Jaroslav Plasil, Nicolas Maurice-Belay, Diego Rolan et Cheick Diabaté sur le banc de touche ! Soit 7 titulaires non alignés (2 blessés, 5 remplaçants).

Une compo rajeunie donc et aussi bien moins expérimentée a été annoncé, à la surprise générale, une heure avant le coup d'envoi de ce match au sommet de la Ligue 1 entre les Verts et le FCGB.

L'occasion pour le jeune Thomas Touré d'honorer sa première titularisation en Ligue 1 pendant que, non loin de lui, Younès Kaabouni connaissait sa seconde titularisation en championnat. De quoi sacrément vous rajeunir un onze de départ :

Pour encadrer ses jeunes, Willy Sagnol avait décidé de confier le brassard de capitaine à Julien Faubert, ce en l'absence du capitaine Lamine Sané et même du vice-capitaine Grégory Sertic.

Avec le brassard donné, donc, à un joueur défensif expérimenté (le seul joueur de champ âgé de plus de 27 ans - Faubert en a 31 -), Sagnol a voulu assurer un minimum de stabilité. Pour cela, il avait aussi laissé Cédric Carrasso, titulaire habituel, dans les buts - même si pas au top en ce moment -. L'animation offensive étant, quant à elle, confiée en grande partie à l'ancien bastiais Wahbi Khazri, qui malgré ses 23 ans, n'est plus un junior et attaque déjà sa 3ème saison comme titulaire en Ligue 1.


Willy Sagnol, qui déclarait au micro de Canal + qu'il préférait lancer des jeunes dans des grands matchs plutôt que lors de rencontres plus "classiques" en raison de la motivation et de la pression moins difficiles à trouver, a donc tendu une perche à plusieurs joueurs de son groupe, preuve qu'avec lui tout joueur en vue à l'entraînement a le droit à sa chance sur les terrains de Ligue 1.

Hier dans le Forez, Emiliano Sala - pas aidé par un collectif largement dominé - a connu un match très difficile face aux colosses Moustapha Bayal Sall (1m94) et Florentin Pogba (1m87). Mais l'attaquant argentin des Girondins (23 ans) continue son apprentissage de la Ligue 1, lui qui la découvre cette saison et fêtait, à peine, sa 2ème titularisation à ce niveau.

Au milieu, André Poko, certes maladroit, mais auteur de plusieurs récupérations précieuses et de relances bien senties, est monté en puissance au fil du match. S'il n'a pas réalisé une grand partie, le récupérateur bordelais a pu, lui aussi, glaner du temps de jeu après sa blessure. Pareil pour Younès Kaabouni, sorti à l'heure de jeu car impuissant dans l'entrejeu, et remplacé par l'expérimenté Jaroslav Plasil, plus à l'aise face à Lemoine, Clément et Cohade..

Cependant, la nouvelle la plus intéressante de ce match vient certainement de la nouvelle bonne tenue de Thomas Touré, qui a pu faire admirer (en plus de son involontaire débordement anatomique) sa pointe de vitesse et son aisance sur le couloir droit. Avec aussi un travail défensif indéniable, qui reste encore à peaufiner tout de même, le jeune milieu offensif girondin continue de montrer le bout de son nez avec les pros et démontre qu'il est possible à une débutant de faire son trou lorsque talent et envie sont réunis.


Si l'idée n'est pas de juger ces jeunes joueurs sur un seul match (ou une série de quelques matchs), force est de constater que Willy Sagnol a tenté un coup hier à Saint-Étienne et que son coup, à un pénalty (?) près, aurait pu être parfait... sur le plan comptable au moins (et si , bien sûr, le pénalty avait été transformé). Car pour le jeu, face à un très bon adversaire il est vrai, on repassera.


Mais oser un tel turn-over après 6 journées de championnat seulement, malgré un calendrier qui "l'imposait", montre avant tout que le jeune entraîneur des Marine et Blanc a confiance en son groupe et qu'il est prêt à lui donner sa chance dans sa totalité.

Une saine émulation à maintenir pour la suite de la saison, afin que chaque joueur soit impliqué et ait l'envie de se retrouver sur le terrain pour prendre du plaisir, mais aussi continuer d'en procurer, dans la quête de résultats.

crédit image : butfootballclub